Corinne Deville - l'intime sacré

16 juin 2021  > 29 août 2021 Exposition , Événement

Venez découvrir cette exposition en salle Basse du palais du Tau, écrin parfait pour l'art brut de l'artiste !

   

Corinne Deville n’est pas connue du grand public. Elle n’a jamais cherché la notoriété… et pourtant ! Ce qu’il nous est donné à voir dans cette exposition est époustouflant : une œuvre dans sa fraîcheur jusque-là préservée des regards, dans le cocon de la maison où elle résidait, à distance du brouhaha du monde mais au plus près de ses vibrations.

S’il semble facile d’entrer dans l’œuvre de Corinne Deville, lumineuse, colorée, apparemment naïve, pleine d’humour et de tendresse mais aussi de violence et de douleur, il faut s’y attarder pour entrer dans son univers singulier, hors-norme, qui pose des questions fondamentales sur la vie, les valeurs de l’être humain mais aussi ses travers, ses vanités, sa volonté de puissance. C’est à la fois par choix et par nécessité qu’elle n’a préféré côtoyer les humains que de très loin. Mais elle a su rendre au plus près la vérité qui se cache sous la pantomime, la faconde et l’infatuation de celles et ceux qui violentent le monde pour en tirer profit.

Sa figuration narrative à la fois joyeuse et cynique est tout sauf naïve. Qu’il s’agisse de ses dessins, de ses écrits ou de ses constructions précaires, elle nous invite autant à sourire qu’à penser notre condition. Au crépuscule de sa vie, elle a toléré que son œuvre soit montrée après avoir longtemps souhaité qu’elle soit détruite.

Alors qu’elle vient de décéder en avril 2021, Corinne Deville nous offre son immortalité à travers une œuvre aussi intimiste qu’exubérante.

Corinne Deville

Née à Montcy-Saint-Pierre, à deux pas de Charleville-Mézières, Corinne Deville est la fille d’un couple d’artistes ardennais, la peintre et graveuse Élisabeth de la Mauvinière et Jean Deville, graveur, qui fut aussi à la tête de la fonderie Deville. Forte de cette filiation, Corinne Deville s’est forgée un univers très personnel, inclassable même s'il peut être rapproché de l'art naïf, où se côtoient personnages et animaux fantastiques.

Artiste prolifique mais restée volontairement dans l'ombre, elle fut aussi l'épouse de Jean Taittinger, député, garde des sceaux, maire de Reims de 1959 à 1977. Une vie partagée entre amour et solitude.

"C’est la femme d’un homme politique qui a vécu dans la discrétion, dans le retrait, et donc elle a conçu son œuvre dans son intimité, dans son univers, refusant toute influence", précise Carole Marquet-Morelle, commissaire de l'exposition et directrice du Musée de l'Ardenne à Charleville-Mézières qui consacra à Corinne Deville une exposition exceptionnelle en 2019.

Informations pratiques

Exposition proposée du 16 juin au 29 août 2021

Entrée aux conditions habituelles du palais du Tau.

Exposition produite par le Centre des monuments nationaux et soutenue par la Ville de Reims.

MenuFermer le menu